[TEST] The Order 1886 sur PS4

Développé par Ready at Dawn et édité par Sony Computer Entertainment, The Order 1886 est un jeu exclusif à la PS4 ! Sur le papier, le jeu s’annonce comme le messie que tous les joueurs PS4 attendent, mais quand est-il réellement manette en main ? Voyons cela de plus près… ;)

Scénario : The Order 1886 vous plonge au cœur d’un Londres s’inspirant de la fin de l’époque Victorienne dans un XIXe siècle alternatif, où l’ordre des chevaliers de la Table Ronde livre un combat contre les Lycans (une espèce de loups-garous très puissants) depuis la nuit des temps. Et pour ne rien arranger à notre histoire, la capitale anglaise est en proie à une révolte… En effet de très nombreux rebelles se battent contre l’Ordre pour un monde meilleur alors que les véritables ennemis de l’humanité gagnent chaque jour du terrain…

Graphismes : The Order 1886 est vraiment magnifique ! Ready At Dawn nous offre un superbe jeu proche d’une oeuvre cinématographique où l’action se déroule dans un monde totalement… Fermé ! L’univers et l’ambiance steampunk du jeu vous transporteront corps et âme dans les rues de Londres où des milliers de détails viendront vous picoter les rétines ! Oh oui qu’c’est beau ! Les effets de lumière s’accordent parfaitement aux effets spéciaux et l’énorme boulot apporté sur les personnages contribuent à renforcer l’excellente impression d’être devant un film. Et c’est peu de le dire,… En effet, pendant votre aventure, bons nombres (un peu trop d’ailleurs) de cinématiques viendront se greffer à celle-ci alors que l’histoire avancera sans se soucier de votre avis…

Pourquoi avoir mis des miroirs un peu partout dans le jeu sachant qu’on ne peut pas se voir dedans ?

Jouabilité : The Order 1886 est un film jeu d’action au gameplay inspiré de notre bon vieux « Gears of War », avec une toute petite dose de furtivité et d’infiltration par moment ! Entre deux cinématiques,  vous incarnerez Galahad, dont les instincts et les compétences, aiguisés au fil des années passées à combattre les hybrides, sont légendaires parmi les membres de l’Ordre. Vous serez amené à enquêter sur un sombre complot tout en défouraillant du méchant rebelle et cinq ou six loups-garous (oui pas plus) ! Buter ces hordes de révolutionnaires fera monter votre jauge de vision noire, celle-ci vous permettant de ralentir le temps façon « bullet time » et ainsi trouer de balles la peau de tous ces renégats ! Dans votre lutte pour faire régner la paix et remettre un peu d’ordre dans toute cette agitation et surtout pour vous débarrasser de la menace hybride, vous disposez d’armes et de gadgets à la pointe de la technologie, comme l’électrofusil, l’arbalète, le fusil à thermite inflammable et autre joyeuseté telle que le fusil à pompe, les grenades et autres flingues… Quelques passages seront agrémentés de QTE où la moindre erreur se terminera par une mort certaine !

Pour tout ce qui concerne vos déplacements, ils se feront entre deux longues cinématiques (oui oui j’insiste sur ce point) et se limiteront à un couloir se terminant systématiquement dans une sorte d’arène où les balles fuseront de tous les côtés… Et oui,… Ici, pas question d’aller vadrouiller comme bon vous semble dans les rues de Londres… Le jeu est dirigiste comme pas possible et c’est assez frustrant de se sentir prisonnier de la sorte !

Durée de Vie : 7 heures de jeu pour venir à bout de l’aventure… Longueeeeees cinématiques comprises… Rien d’autre à ajouter !  Oo

Bande Son : L’immersion est complète ! Les doublages sont en français, les bruitages des armes et des explosions sont plus que convaincants et les thèmes musicaux font leur travail avec beaucoup de talent. Ambiance cinématographique garantie !

Conclusion : The Order 1886 est un jeu magnifique qui flirte sans cesse avec le monde cinématographique. Ses nombreuses et longues cinématiques « in game » nous le rappelle sans cesse. Certes l’aventure peut paraître courte surtout pour un jeu vendu au prix fort mais il est franchement difficile de rester de marbre devant cette production mi-film mi-jeu ! Je vous conseille tout de même d’attendre que son prix baisse… 30 euros serait un prix plus que correct !

[PRESS KIT] EVOLVE sur XBOX ONE

C’est avec quelques jours de retard que je vous présente le sympathique Press Kit d’EVOLVE que 2K Games a eu la gentillesse de me faire parvenir.  :p

Accompagné de son dossier de presse, ce magnifique objet de collection se présente sous la forme d’une grosse boite noire en plastique rigide avec le logo EVOLVE inscrit dessus. Simple mais néanmoins très classe !

À l’intérieur de celle-ci, se trouve une version Xbox One du jeu (Youhouhhhh!), un superbe art book, une petite pochette contenant 5 pins représentant les 4 classes de chasseurs ainsi que l’empreinte du monstre, 3 cartes postales et une clef USB contenant les assets du jeu !

En attendant de vous donner mes impressions sur le jeu, je vous laisse en compagnie du trailer qui arrache le slip !  :D

[CONCOURS] Baymax est dans la place !

Pour fêter la sortie en salle de l’excellent « Les Nouveaux Héros » de Disney, Avanquest (que je remercie énormément), se joint au blog afin de vous faire gagner le jeu « Les Nouveaux Héros : Combat dans La Baie » sur Nintendo DS et 3DS ainsi qu’une superbe figurine de Baymax !

Le jeu se déroule après les évènements du film et suit les aventures de Hiro Hamada, un petit génie de la robotique, et de ses fidèles amis devenus des héros : Baymax, GoGo Tomago, Wasabi, Honey Lemon et Fred. Ces derniers vont à nouveau tenter de sauver la ville de San Fransokyo de l’invasion des battlebots.

Pour participer au tirage au sort, c’est très simple, il suffit de répondre à une seule question et de me faire parvenir votre bonne réponse par mail ainsi que vos coordonnées postales avant le 28 février 2015, 20h00 à l’adresse suivante : md78.concours@gmail.com ! (objet : Concours Baymax)

- Les Nouveaux Héros : Combat dans la baie offre au joueur la possibilité d’interagir avec combien de personnages ? 

Vous pouvez également doubler vos chances avec Twitter, pour cela, il vous suffit de suivre @misterdream78 et de Twitter le message suivant :

Follow @misterdream78 et RT pour gagner le jeu « Les Nouveaux Héros : Combat dans la baie »  ! => http://bit.ly/1LbBHnw #concours

Bonne chance à tous !   8) 

Et surtout n’oubliez pas de poster le lien de votre tweet dans votre mail.   ;) 

[DECOUVERTE] Call of Duty : Advanced Warfare – Havoc sur XBOX ONE

Disponible depuis le 27 janvier sur XBOX ONE, Havoc, le 1er DLC de Call of Duty : Advanced Warfare inclut quatre nouvelles cartes en multijoueurs, le fusil d’assaut à énergie dirigée AE4 (et sa variante personnalisée), l’AE4 Widowmaker (qui combinent un mécanisme de tir polyvalent avec une vitesse de mouvement et un maniement performants) ainsi qu’une nouvelle expérience en coopération nommé Exo Zombies. Ce mode propose l’histoire de quatre employés d’Atlas Corporation, le tout joué par un casting de célébrités. En effet, John Malkovich, Bill Paxton, Rose McGowan et Jon Bernthal (The Walking Dead) seront de la partie pour défourailler une nouvelle espèce de Zombies, dans un monde où une arme biologique engendre de manière inattendue une horde de mutants affamés et assoiffés de sang, qui ne tarde pas à infecter un complexe secret de recherche, forçant le personnel à fuir désespérément…

Havoc offre quatre nouvelles cartes exotiques et variées en multijoueurs, réparties autour du monde et conçues sur mesure pour les joueurs souhaitant déclencher les capacités de leur exosquelette :

  • Core : Vous êtes déployé dans le désert de Gobi, où les ruines ravagées d’une centrale à fusion nucléaire deviennent le théâtre d’affrontements explosifs. Eliminez vos ennemis à distance à travers les décombres, ou optez pour le combat rapproché dans les tunnels situés tout autour de la turbine centrale. Activez les drones de décontamination en utilisant la série de points liés à la carte pour vous aider à nettoyer les environs de vos adversaires.
  • Urban : Préparez-vous pour un affrontement brutal et à grande vitesse dans Dallas Ward 3, une mégastructure futuriste, proposant aux joueurs une véritable mêlée générale en combat rapproché. La verticalité de cette enceinte est propice aux capacités de l’exosquelette. Restez concentrés durant l’événement dynamique puisque les portes anti-souffles affectent les déplacements et les angles de vue.
  • Sideshow : Dans l’ombre de la Devil Tower située dans le Wyoming, l’architecture ouverte de ce motel abandonné lui confère une dimension lugubre. Frayez-vous un chemin dans l’hôtel clown, source de combats rapprochés, ou exploitez les distances offertes par les installations minières et les espaces naturels. Utilisez la série de points liée à la carte pour activer les lumières, la musique, et la magie du chapiteau du clown, et déclencher une pluie de boulets de canon laissant une trainée de fumée arc-en-ciel derrière eux.
  • Drift : Une station de ski idyllique des montagnes Rocheuses se transforme en une aire de jeu festive en haute altitude, parfaite pour un affrontement total. Tentez d’atteindre la très convoitée position dominant les environs sur le pont d’observation en verre, ou faites un tour de manège pour réaliser un carnage à 360°. Les joueurs peuvent profiter de l’événement dynamique affectant la carte, qui n’est autre qu’une avalanche de neige et de débris, idéale pour désorienter les joueurs, et intensifier encore davantage la bataille.

[CRITIQUE] PACI – Calais

Dans Paci, une trilogie dont voici le tome 2, Vincent Perriot raconte l’histoire de Pacifique, un homme qui, alors qu’il vient à peine de sortir de taule, est contacté par son ancien employeur pour reprendre son job de livreur de drogue…

Synopsis : Des mois ont passé. Paci et Miguy sont à Calais. Elle a un boulot qu’elle déteste, avec un patron trop collant et raciste. Elle s’est mise à boire un peu trop. Elle aime Paci, mais ses retours tardifs et ses absences la font souffrir. Il travaille dans une boîte de nuit. Enfin, c’est ce qu’il dit. En vérité, il est de retour dans le business de la drogue, sous les ordres d’Ashram, son ancien patron. Il a un but, mais il ne peut en parler à personne. Pas même à l’amour de sa vie. Trop dangereux…

Ce que j’en pense : Malgré ses bonnes résolutions, Paci semble s’être fourré dans une galère pas possible. En effet, on fait un bond dans le temps et on le retrouve en train de trimer pour son ancien Boss dans le milieu de la drogue… Reste à deviner comment il a pu en arriver là… Mise à part cette interrogation, on constate que le pire reste à venir… Fidèle au premier tome, le dessin fourmille de détails et l’ambiance créée par Isabelle Mercier apporte une vraie crédibilité tout en donnant du « peps » au récit de Vincent Perriot. Bref, une réussite.